Un coup d'oeil en plus sur de nombreux sujets geek !

La fin de notre conte ?

https://assets.support-vision.fr/images/41/Image-descr-4.jpeg

La révolution industrielle[tocIgnore][/tocIgnore]

L'économie moderne se développe grâce à notre confiance dans l'avenir et à la volonté des capitalistes de réinvestir leurs profits dans la production. Pourtant, cela ne suffit pas. La croissance économique exige également de l’énergie et des matières premières, qui sont limitées. Quand et si elles s'épuisent, tout le système s'effondrera.

Pendant des millénaires avant la révolution industrielle, les humains savaient déjà utiliser une grande variété de sources d'énergie. Ils brûlaient du bois pour faire fondre du fer, chauffer des maisons et cuire des gâteaux. Les navires à voile exploitaient l'énergie éolienne pour se déplacer, et les moulins à eau capturaient le débit des rivières pour moudre le grain. Pourtant, tout cela avait des limites et des problèmes clairs. Les arbres n’étaient pas disponibles partout, le vent ne soufflait pas toujours quand on en avait besoin et l’énergie hydraulique n’était accessible que si on vivait près d’une rivière.

Un problème encore plus important : les gens ne savaient pas comment convertir un type d’énergie en un autre.

Les corps des humains et des animaux étaient le seul dispositif de conversion d'énergie disponible, la force musculaire était la clé de presque toutes les activités humaines. Tout le monde était alimenté par l'énergie solaire - capturée et emballée dans du blé, du riz et des pommes de terre.

L'invention de la machine à vapeur a provoqué la révolution industrielle.

On brûle une sorte de combustible, tel que le charbon, et on utilise la chaleur qui en résulte pour faire bouillir de l’eau et produire de la vapeur. Lorsque la vapeur se dilate, elle pousse un piston. Le piston se déplace et tout ce qui y est connecté se déplace avec lui. On a converti la chaleur en mouvement.

Au cours des décennies qui ont suivi des entrepreneurs britanniques ont amélioré l'efficacité de la machine à vapeur, l'ont sortie des puits de mines et l'ont reliée à des métiers à tisser et des égreneuses. Cela a révolutionné la production textile, permettant de produire des quantités toujours plus importantes de textiles bon marché.

Les gens sont devenus obsédés par l'idée que les machines et les moteurs peuvent être utilisés pour convertir un type d'énergie en un autre. N'importe quel type d'énergie, n'importe où dans le monde, pourrait être utilisé pour répondre à n’importe quel besoin, si nous pouvons simplement inventer la bonne machine.

Une autre découverte cruciale : le moteur à combustion interne, qui a mis un peu plus d’une génération à révolutionner le transport humain et à transformer le pétrole en pouvoir politique liquide. Le pétrole était connu depuis des milliers d'années et était utilisé pour imperméabiliser les toits et lubrifier les essieux. Pourtant, jusqu’il y a tout juste un siècle, personne ne pensait qu’il était utile pour beaucoup plus que cela. L'idée de verser du sang pour le pétrole aurait semblé ridicule. Vous pouviez mener une guerre pour des terres, de l’or, du poivre ou des esclaves, mais pas pour le pétrole.

Au fond, la révolution industrielle a été une révolution dans la conversion de l'énergie. Elle a démontré à maintes reprises qu'il n'y a pas de limite à la quantité d'énergie à notre disposition. Ou que la seule limite est fixée par notre ignorance. Toutes les vingtaines d’années ou presque, nous découvrons une nouvelle source d'énergie, de sorte que la quantité totale d'énergie à notre disposition ne cesse de croître.

Le résultat de la révolution industrielle a été une explosion de la productivité humaine. L'explosion a été ressentie avant tout dans l'agriculture. Habituellement, lorsque nous pensons à la révolution industrielle, on imagine un paysage urbain de cheminées fumantes, ou au sort des mineurs de charbon exploités qui transpirent dans les entrailles de la terre. Pourtant, la révolution industrielle a été avant tout la deuxième révolution agricole.

Sans l’industrialisation de l’agriculture, la révolution industrielle urbaine n’aurait jamais eu lieu : il n’y aurait pas eu assez de mains et de cerveaux pour le personnel des usines et des bureaux.

[Plus d’infos sur l’évolution de l’utilisation de l’énergie de l’humanité, et surtout sur les énergies renouvelables, par ici.]

Les retombées de l’industrie[tocIgnore][/tocIgnore]

La révolution industrielle a transformé le calendrier et la chaîne de montage en un modèle pour presque toutes les activités humaines. Peu de temps après que les usines ont imposé leur calendrier sur le comportement humain, les écoles ont également adopté des horaires précis, suivies par les hôpitaux, les bureaux du gouvernement et les épiceries. Même dans des endroits dépourvus de chaînes de montage et de machines, l'horaire est devenu roi. Si le travail à l'usine prend fin à 17 heures, il est préférable que le pub local soit ouvert avant 17h02.

Ce début modeste a engendré un réseau mondial d'horaires, synchronisés jusqu’à la fraction de seconde. Lorsque les médias modernes - d'abord la radio, puis la télévision - ont fait leurs débuts, ils sont entrés dans un monde d'horaires et en sont devenus les principaux responsables et évangélistes.

Parallèlement à son adaptation au temps industriel, cette révolution a entraîné l'urbanisation, la disparition de la paysannerie, la montée du prolétariat industriel, l'autonomisation de la personne « commune », la démocratisation, la culture de la jeunesse et la désintégration du patriarcat.

Enfin, la plupart des fonctions traditionnelles des familles et des communautés ont été confiées aux États et aux marchés.

La disparition des communautés[tocIgnore][/tocIgnore]

La vie de village impliquait beaucoup de transactions mais peu de paiements. Il y avait certes des marchés, mais leurs rôles étaient limités. Vous pouviez acheter des épices rares, des vêtements et des outils ou faire appel aux services d'avocats et de médecins. Pourtant, moins de 10% des produits et services utilisés étaient achetés au marché. La plupart des besoins humains étaient pris en charge par la famille et la communauté.

Les économies agricoles traditionnelles ne disposaient que de peu d'excédents pour nourrir une foule de fonctionnaires, de policiers, de travailleurs sociaux, d'enseignants et de médecins. En conséquence, la plupart des dirigeants de l’époque n'ont pas mis en place de systèmes de protection sociale de masse, de systèmes de soins de santé ni de systèmes éducatifs.

C’était laissé pour la famille et les communautés.

Quelqu'un qui renonçait à sa famille ne pouvait pas faire grand chose. Pour survivre, une telle personne devait trouver une famille ou une communauté alternative. Les garçons et les filles qui se sont enfuis de chez eux pouvaient s’attendre, au mieux, à devenir des serviteurs dans une nouvelle famille. Au pire, il y avait l'armée ou le bordel.

Tout cela a radicalement changé au cours des deux derniers siècles. La révolution industrielle a donné au marché d’immenses nouveaux pouvoirs, doté l’Etat de nouveaux moyens de communication et de transport, et mis à la disposition du gouvernement une armée d’employés, d’enseignants, de policiers et de travailleurs sociaux. Au début, le marché et l’État ont découvert que leur chemin était bloqué par les familles et les communautés traditionnelles qui n’aimaient guère les interventions extérieures. Les parents et les anciens de la communauté étaient réticents à laisser la nouvelle génération être endoctrinée par les systèmes d’éducation nationalistes, enrôlée dans les armées ou transformée en un prolétariat urbain sans racines.

L'État et le marché ont approché les gens avec une offre qui ne pouvait être refusée. « Devenez des individus », ont-ils déclaré. « Mariez qui vous voulez, sans demander l’autorisation de vos parents. Prenez n'importe quel travail qui vous convient, même si les anciens de la communauté froncent les sourcils. Vivez où vous voulez, même si vous ne pouvez pas vous rendre au dîner en famille toutes les semaines. Vous ne dépendez plus de votre famille ou de votre communauté. Nous, l'État et le marché, prendrons soin de vous à la place. Nous fournirons de la nourriture, un abri, de l'éducation, de la santé, du bien-être et de l'emploi. Nous fournirons des pensions, des assurances et une protection. »

La transition de la guerre à la paix[tocIgnore][/tocIgnore]

Avec l'industrie et le commerce, les pays sont passés d'un état d'esprit axé sur le pillage à un état d'esprit axé sur la protection.

Quatre facteurs ont conduit à la paix.

1) La menace d'un holocauste nucléaire.

2) La baisse des profits de la guerre sans nouveaux territoires.

3) Un commerce florissant augmentant le coût de la guerre.

4) Les liaisons internationales entre pays.

Il existe une boucle de rétroaction positive entre ces quatre facteurs. La menace de l'holocauste nucléaire favorise le pacifisme ; lorsque le pacifisme se répand, la guerre recule et le commerce se développe ; et le commerce augmente à la fois les profits de la paix et les coûts de la guerre.

Au fil du temps, cette boucle de rétroaction crée un autre obstacle à la guerre, qui pourrait s'avérer le plus important de tous. Le resserrement des liens internationaux fragilise l'indépendance de la plupart des pays, ce qui réduit le risque que l'un d'entre eux laisse échapper à lui seul « les chiens de la guerre ». La plupart des pays ne s'engagent plus dans une guerre à grande échelle pour la simple raison qu'ils ne sont plus indépendants.

La fin de l’Homo Sapiens ?[tocIgnore][/tocIgnore]

https://assets.support-vision.fr/images/41/Les-chamboulements-d.jpeg
Les chamboulements des 20e et 21e siècles pourraient nous changer au point que l’Homo Sapiens en tant que tel disparaisse.

La beauté de la théorie de Darwin sur la sélection naturelle réside dans le fait qu’il n’est pas nécessaire de faire appel à un concepteur intelligent pour expliquer comment les girafes ont fini par avoir un long cou, ou pourquoi le poulet maigre et rapide survit.

Les biologistes du monde entier se battent contre le mouvement de conception intelligente, qui s'oppose à l'enseignement de l'évolution darwinienne dans les écoles et affirme que la complexité biologique prouve qu'il doit y avoir un créateur qui a pensé à l'avance à tous les détails biologiques. Les biologistes ont raison sur le passé, mais les partisans de la conception intelligente pourraient, ironiquement, avoir raison sur l'avenir.

La première lumière pour la conception intelligente est apparue il y a environ 10 000 ans, pendant la révolution agricole. Sapiens, qui rêvaient de poules grasses et lentes, a découvert que s’il accouplait la poule la plus grosse avec le coq le plus lent, certaines de leurs progénitures seraient à la fois grosses et lentes. Si on accouple encore leur propre progéniture, il sera possible de produire une lignée d’oiseaux lents et gras. C'était une race de poulets inconnus de la nature, produits par le dessein intelligent, non pas d'un dieu mais d'un humain.

L'histoire nous enseigne que ce qui semble être au coin de la rue ne se matérialisera peut-être jamais en raison d'obstacles imprévus, et qu’en fait d'autres scénarios inimaginables se réaliseront.

Ce que nous devons prendre au sérieux, c'est l'idée que la prochaine étape de l'histoire comprendra non seulement des transformations technologiques et organisationnelles, mais également des transformations fondamentales de la conscience et l'identité humaines.

Est-ce que nous serons toujours des Homo Sapiens par définition si nous avons une puce électronique pour augmenter la capacité de notre cerveau ?

En transformant « artificiellement » la nature nous avons obtenu un pouvoir divin. Le pouvoir même des dieux que nous vénérions - avant que nous nous mettions à nous vénérer nous-mêmes. Y a-t-il quelque chose de plus dangereux que des dieux toujours insatisfaits, irresponsables et qui ne savent pas ce qu'ils veulent ?

A propos de l'auteur et de ce site :

Tombé dans l'informatique étant petit tel un Obélix (à 3 ans pour être précis), j'ai la chance contrairement à ce dernier de pouvoir continuer à en prendre des "doses quotidiennes", depuis 23 ans pour tout dire . En effet je suis ce qu'on appelle un geek (un vrai, genre je joue pas à candy crush désolé) et je suis aussi développeur à plein temps maintenant... Lire la suite

Pour me contacter :

Par mail

Ce site ne comporte aucune pub et est maintenu bénévolement. Si vous souhaitez me soutenir, n'hésitez pas à m'offrir une baguette (soit 1€) !

Paypal pixel

Sinon si vous êtes sur Brave, n'hésitez pas à me faire un don d'1 BAT ! (Qu'est-ce que c'est ?)


Support-Vision - A propos - Me retrouver : Facebook ou Twitter - Contact
Ce site et son contenu sont mis à disposition selon la Licence Creative Commons (CC BY-NC-SA 4.0).