Un coup d'oeil en plus sur de nombreux sujets geek !

-238 : Les deux batailles d’Ancyre scellent le destin de la Macédoine

../images/70/Image--238.jpeg

Au même moment, Isokrates a réussi à rejoindre l’Anatolie en rentrant incognito de Judée. Il prend le commandement de l’armée sur place et la rébellion donne l’assaut immédiatement à Ancyre à l’est, l’ancienne capitale Galate.

../images/70/Les-soldats-de-la-ga.jpeg
Les soldats de la garnison parviennent à détruire par le feu les rares échelles de l’ennemi avant qu’elles n’atteignent les remparts, puis tiennent la porte jusqu’au dernier face aux Agémas (à la manière des défenseurs lors des batailles de Jérusalem et Petra).

La ville tombe évidemment aux mains des rebelles, mais ces derniers réussissent à arracher 1.500 des envahisseurs ! Presque l’entièreté de la cavalerie et pas mal de troupes d’élites (dont des Agémas). Ces pertes élevées sont un sérieux revers pour les rebelles…

../images/70/La-Macdoine-Antigo.jpeg
]La Macédoine Antigonide a rarement eu à défendre une place forte jusqu’ici, et ainsi un des rares survivants racontera l’erreur majeure qui a été faite ce jour-là : la garnison s’est organisée en plusieurs niveaux de défense comme à Ecbatane, permettant ainsi à l’ennemi de se déployer et par conséquent de subir beaucoup moins de pertes par la suite de l’invasion (par rapport à celles au pied de la porte).

Hypatos, le commandant de l’ancienne armée de Peucestas, arrive juste après à l’été. Il surprend totalement les rebelles et les piège en démarrant immédiatement le siège. Il a 3.100 hommes contre 4.500 en face (dont 1.000 de leur nouvelle garnison). Il a confiance qu’il va gagner la bataille en plaine, la tactique habituelle.

L’ennemi est en effet obligé de tenter une sortie sinon sa seule armée est prise au piège, alors que des renforts arrivent de l’ouest ! Ils ne le savent peut-être pas encore mais Aristobulus vient justement d’atteindre l’Hèbre et le Roi et son fils viennent d’embarquer près d’Athènes !

../images/70/La-position-des-diff.jpeg
La position des différentes forces. Demetrius Kalos et Epaenestus ont pu reprendre la Crête entre temps.

A l’automne, Ephesos sur la côte Anatolienne tombe déjà face au Roi et son fils. Les flottes commandées par Kalos se mettent en direction de Rhodes, Demetrius avance vers Pessinonte et Aristobulus s’approche de Nicomédie. Son objectif est Pergamon, Philippe démarrera le siège et l’attendra le temps de construire les premières tours et échelles.

../images/70/Comme-prvu-Isokrate.png
Comme prévu Isokrates tente alors une sortie !

Isokrates sait que sa rébellion est en très fâcheuse posture, donc il tente sa dernière carte. Il n’a quasiment plus de cavalerie et la garnison est composée de régiments très affaiblis. La victoire ne fait aucun doute pour l’héritier de Peucestas ! A noter qu’il ne dispose que de 5 infanteries dont des épéistes de basse qualité : l’armée de son père a été conçue de bout en bout pour la mobilité et l’affrontement par des manœuvres surprise.

../images/70/Le-champ-de-bataille.jpeg
Le champ de bataille.
../images/70/Alors-que-le-contact.jpeg
Alors que le contact commence au centre, la garnison arrive à l’arrière en renfort. Hypatos envoie immédiatement toute sa cavalerie « attraper » ces faibles unités.
../images/70/Laffrontement-qui-s.jpeg
L’affrontement qui s’en suit est un véritable massacre pour les rebelles. Cependant cela s’avère être une erreur : Isokrates a le temps requis pour disperser les faibles fantassins Macédoniens sans avoir à gérer de charges dans son dos (l’absence d’Agéma dans le camp des défenseurs se fait clairement sentir…).
../images/70/Ainsi-Hypatos-va-ref.jpeg
Ainsi Hypatos va refuser l’affrontement général avec le reste de ses troupes et au contraire chercher à profiter de sa mobilité supérieure pour créer des surnombres locaux, avec les archers pour fixer et une charge de cavalerie dans le dos. L’idée est de faire tomber les régiments des rebelles un par un. On le voit ici activement utilisé à gauche de l’image.
../images/70/Isokrates-ragi-corr.jpeg
Isokrates réagi correctement cependant : il rassemble ses troupes et forme une sorte de carré, encerclé par les Macédoniens. Ainsi une unité accrochée peut rapidement recevoir des renforts et ne s’expose pas vraiment. Il arrive à disperser trois cavaleries de cette manière, les pertes s’accumulant... La situation paraît critique et Hypatos hésite même à faire fuir toutes ses forces.
../images/70/Cependant-Hypatos-ar.jpeg
Cependant Hypatos arrive à garder la cohésion de ses troupes très expérimentées qui ne se laissent pas abattre : lorsque Isokrates lui-même fini par tomber, après avoir emporté plus de 150 cavaliers suite à plusieurs charges, les rebelles perdent toute cohésion et y passent tous à terme.
../images/70/Un-exemple-illustrat.jpeg
Un exemple illustratif de ce qu’il s’est passé ensuite !
../images/70/La-bataille-est-ains.jpeg
La bataille est ainsi une véritable hécatombe, Hypatos perd la moitié de son armée mais triomphe tout de même.

A la nouvelle tous se réjouissent, la rébellion est assurément vaincue avec la mort d’Isokrates ! Sauf le Roi, stoïque : c’était la bataille la plus sanglante de la Macédoine Antigonide, puisque plus de 5.400 d’entre eux sont morts… Les récentes batailles depuis le début de l’offensive Egyptienne dénombrent donc plus de 15.000 soldats perdus !

La fin de la rébellion[tocIgnore][/tocIgnore]

Mais ainsi, la vitesse à laquelle Demetrius traite la rébellion, en participant lui aussi aux combats, ainsi que les très grandes victoires récentes sur Isokrates et l’Egypte, semblent résoudre la mauvaise situation : les Lagides replient leurs armées. Concernant la situation interne, elle semble se stabiliser enfin avec la confiance envers le nouveau Roi qui s’établit : la famille de feu Peucestas fait vœu de loyauté.

Evidemment ils ne le reconnaîtront pas, mais c’est au prix de deux pots-de-vin très coûteux (environ 30.000 pièces d’or, soit presque la moitié des dépenses d’investissement d’Antigone à l’époque de l’invasion des Séleucides !).

Antigone III Doson profite de la faiblesse soudaine des Egyptiens pour reprendre l’attaque, en direction de Hegra (au sud de Petra), avec Chryses qui arrive de l’est depuis le désert. Il a confiance que les forces maintenant rétablies de Xenophon et Homeros tiendront Jérusalem en cas d’attaque surprise.

Ils sont affabulés d’une épidémie mais des recrutements depuis la population locale ont permis de compenser les énormes pertes des batailles de Jérusalem et Petra. Doson semble avoir l’âme du grand stratège qu’était son oncle : il ne restera plus qu’une ville Egyptienne à prendre à l’est de la mer rouge et l’offensive pourra être donnée sur Alexandrie même ! Une fois fait la guerre sera terminée sans aucun doute.

../images/70/Les-paragraphes-prc.png
Les paragraphes précédents en image.

Rhodes tombe ensuite rapidement sous l’assaut des 3 flottes combinées, la garnison se fera prendre entre les deux principaux débarquements. Le nouvel amiral de Nicomédie, dont le nom n’a pas traversé les âges, tombe et est remplacé par un membre affilié aux Antigonides : Ducetius.

C’est au début de l’année -237 que la rébellion est finalement écrasée par la prise sans histoire de Pergamon !

A propos de l'auteur et de ce site :

Tombé dans l'informatique étant petit tel un Obélix (à 3 ans pour être précis), j'ai la chance contrairement à ce dernier de pouvoir continuer à en prendre des "doses quotidiennes", depuis 26 ans pour tout dire . En effet je suis ce qu'on appelle un geek (un vrai, genre je joue pas à candy crush désolé) et je suis aussi développeur à plein temps maintenant... Lire la suite

Pour me contacter :

Par mail

Ce site ne comporte aucune pub et est maintenu bénévolement. Si vous souhaitez me soutenir, n'hésitez pas à m'offrir une baguette (soit 1€) !

Paypal pixel

Sinon si vous êtes sur Brave, n'hésitez pas à me faire un don d'1 BAT ! (Qu'est-ce que c'est ?)


Support-Vision - A propos - Me retrouver : Facebook ou Twitter - Contact
Ce site et son contenu sont mis à disposition selon la Licence Creative Commons (CC BY-NC-SA 4.0).